Une nouvelle loi vous permet de passer une nuit sans stress avant une opération.

Une nouvelle loi vous permet de passer une nuit sans stress avant une opération.

Depuis le 1er juillet 2018, 41 établissements en France se portent volontaire pour tester un nouveau dispositif expérimental : l'Hospitel.

Un seul objectif pour l'État réduire les frais hospitaliers de l’Assurance Maladie et libérer des lits, mais cela pourrait être très bénéfique aussi pour les patients.

L'hôpital Trousseau et Bretonneau en Indre-et-Loire font partie de cet arrangement, ils proposent désormais à leurs patients un hébergement temporaire non médicalisé avant ou après leur passage à l'hôpital. Si votre état de santé le permet et sur prescription de votre médecin, vous pourrez désormais passer la nuit à l'hôtel, dans l'un des deux établissements qui ont signé une convention avec le CHU : pour exemple à Tours L’Ibis Styles, place de la Liberté et l’Ibis Styles de Chambray-lès-Tours, sont tous les deux à moins de 15 minutes de route. 

 

Les avantages pour les patients de l'Hospitel : une nuit plus paisible et moins stressante

Devoir se rendre dans un hôpital réveil régulièrement un sentiment d'anxiété et de peur. Pouvoir passer une nuit dans un hôtel   loin de l'ambiance médicale, c'est donc se préserver et arriver le jour de l'intervention plus confiant et serein. Le décor, les blouses blanches et les bruits ne font rêver personne, c'est même tout le contraire. Ce processus devrait donc rencontrer un franc succès. Concrètement, beaucoup de patients qui n'habitent pas dans le secteur de l'hôpital se retrouvent obligatoirement avec une chambre médicalisée. En service de chirurgie, la chambre est estimée entre 1000 et 1500 euros la nuit contre 60 euros pour une chambre d'hôtel. Les patients bloquent des lits pour des interventions ou des cas plus urgents, alors que leur état de santé leur permet d'être accueilli juste au moment de l'intervention.

 

Pour pouvoir bénéficier de cette formule, il faut impérativement répondre à quatre critères :

- ne nécessitant pas de surveillance médicale

- ne pas avoir besoin de soins post-opératoire et pré-opératoire

- habitant seul ou à distance de l’hôpital

- autonomes, seuls ou accompagnés

 

Comment ce service est-il financé et qui le prend en charge ?

Des conventions ont été signées entre les centres hospitaliers et les hôtels, c'est donc l’Assurance Maladie qui prendra en charge (sur prescription) la facture en incluant aussi la note de taxi qui vous déposera au pied de l'hôpital.

Ce forfait comprend :

- la nuit du patient et de son accompagnent

- les repas du patient, (les repas de l'accompagnant restent à sa charge)

- le transport entre l’hôtel et l’hôpital est assuré par des taxis

Une nuit à l’Hospitel reviendra à 100 € environ par patient pour le CHU, ce qui est loin de la somme pour une nuit passé à l'hôpital.

Depuis le 1 juillet, des retours de patients sont déjà très positifs. Une maman a pu accompagner sa fille de 18 ans hospitalisée dans un service du site de Bretonneau. Habitant Bourges, elles ont pu profiter du confort et du calme de la chambre d'hôtel, mais surtout être détendu la veille de l'intervention médicale car il s’agissait pour la jeune fille de sa première hospitalisation. La nuit à l'Hospitel est donc une vraie réussite.