Vers une hausse des taux ?

Vers une hausse des taux ?

Les taux semblent en pleine recrudescence

Depuis des années, nombreux sont ceux qui ont bénéficié de taux immobiliers très bas et en constante baisse, mais aujourd’hui la tendance semble s’inverser. Pour la première fois depuis le début de l’année 2018, certains établissements bancaires ont enregistré des taux en hausse de 0,05% à 0,20% en novembre. Au premier semestre 2018, ils ont baissé jusqu’à environ 1,30%, puis un mouvement a été observé durant l’été. Les courtiers voient également le taux de leurs partenaires bancaires augmenté et elles semblent plus attentives à leurs marges.

Les prix toujours en hausse… une bonne nouvelle pour votre pouvoir d’achat ?

En effet, les prix continuent de grimper. Mais, il y a toujours des points positifs. C’est pourquoi en prenant en compte cette hausse, le niveau réel des taux est négatif. Cela signifie que vous pouvez gagner du pouvoir d’achat en vous endettant pour un achat immobilier. Le taux d’inflation était de 2,2% en octobre 2018. Ce stade n’avait jamais été atteint depuis 1974, mais ces résultats sont bruts (non prise en compte de l’assurance du/des prêts).  

Inflation :

Augmentation durable, générale, des prix des biens et services. Elle est caractérisée aussi par un accroissement de la circulation de la monnaie (quantité de monnaie circulant dans le pays, il faut alors la réguler si pénurie ou surabondance).

Taux intérêt réel :

Il s’agit du coût réel en tant qu’emprunteur et du rendement réel pour l’établissement bancaire. Si le taux du prêt est inférieur à celui de l’inflation, on parle alors de taux d’intérêt réel négatif et le pouvoir d’achat des ménages augmente. Mais, si le taux d’inflation chute et se retrouve inférieur à votre taux nominal (taux fixé avec votre banque), alors le crédit sera plus onéreux et votre pouvoir d’achat sera en baisse.

Cette hausse va-elle perdurer ?

Rassurez-vous, cette hypothèse semble plutôt négative. Cette hausse plus significative en fin d’année 2018 vient freiner un peu l’afflux du nombre de crédits octroyés. Les banques ont effectivement atteint leurs objectifs de production de crédit, ce qui pousse à augmenter les taux afin de limiter la circulation de monnaie et freiner certains investisseurs potentiels. De plus, certaines catégories sont plus touchées que d’autres, par exemple : les primo-accédants, les revenus inférieurs à 30 000€ annuel, les prêts supérieurs à 25 ans.

Début 2019, le bon moment pour investir !

L’année des établissements bancaires a été plutôt bonne puisqu’ils ont remplis leurs objectifs de production. Vous devriez avoir des obtentions de prêts plus faciles puisque les objectifs de production seront remis à zéro. N’hésitez-pas à investir, tout en sachant que les taux sont encore excessivement bas, et que, malgré une estimation pour 2019 toujours favorable, il semble quasi-certain qu’ils finiront par remonter fortement par la suite…